Les émotions

Les émotions

 

L’être humain possède dans sa complexité une richesse incomparable : ses émotions. Cet aspect de notre monde intérieur est interprété différemment selon les diverses écoles de pensée : comportementale, humaniste et autres.

Pour les besoins du texte, je vous  présente l’émotion en tant que réaction émotive RESSENTIE au contact d’un stimulus ou d’une information que je perçois, soit extérieur ou intérieur  à moi. L’émotion est une réaction comportant des modifications physiologiques que je vis comme une agitation passagère agréable ou non. Le mot RESSENTIE revêt une grande  importance ici. En effet, il fait référence à ce que je ressens dans mon être intérieur émotionnel, non pas à l’intellect, à la pensée, au cerveau. Quand je vis une émotion, je ressens dans mon abdomen et dans mon for intérieur une sensation qui est positive ou négative. Elle est provoquée soit par une pensée qui me vient, soit par un évènement près de moi, soit par une personne qui entre en contact  avec moi mais toujours par quelque chose qui fait vibrer une corde sensible chez-moi.

Au moment où je veux extérioriser cette sensation par des mots, je ne dirai pas «Je pense que..» mais «Je RESSENS». Beaucoup de gens ont de la difficulté à nommer leurs émotions car ils ont  appris les modes de pensée mais pas la connaissance de leurs sentis émotifs. Cette méconnaissance empêche de  pouvoir identifier ces émotions qui font partie intégrale de la vie.

Toutefois, il faut être conscient que de pouvoir lire clairement dans ses propres émotions permet de beaucoup mieux se connaitre soi-même et d’identifier les  réactions que provoquent chez-soi  les stimuli de la vie, rencontrés quotidiennement.

L’émotion m’informe sur moi,  de même que sur la situation présente que je vis. Elle est  là pour m’apprendre à préserver mon équilibre intérieur en m’amenant à comprendre les effets  sur celui-ci de mes actions et de mon environnement social ou autre. Si je ne connais pas l’émotion qui m’habite, je ne peux apprendre à la comprendre, à la gérer, donc à lâcher prise vers la libération.

Je me fixe comme objectif  à devenir attentif et réceptif à ce que je ressens pour mieux comprendre les messages de mon monde intérieur. Pour l’atteindre je vais apprendre à identifier mes émotions en apprenant à mettre des mots dessus (trop souvent, on ne peut mettre que quelques  identifications telles que « je me sens en colère», «je me sens triste») alors que la liste en est beaucoup plus longue.

Certains auteurs ont répertorié jusqu’à 50 émotions mais de pouvoir en identifier facilement 20 ou 30 est une base de connaissance de soi importante.  Au moment où je possède bien la liste, je dois,  lors de l’apparition de ce senti  en moi, me servir d’un simple mot : Je RESSENS…ou je me  SENS, en exemple fier, bien, en colère, responsable, etc.  Je peux facilement trouver des listes  dans la littérature ou sur internet  afin d’affiner ma connaissance de mes émotions.

Lorsque je deviens familier avec la reconnaissance de ce que je ressens, je possède une vitrine                                                                            sur ma vie intérieure, ma subjectivité, la conscience de ce que je suis et de ce que je veux. Cette vision plus éclairée de mon être me permet alors de mieux me comprendre, de mieux juger mes pensées et mes actions ainsi que les transformations qui peuvent être salutaires pour moi. Apprendre à bien gérer mes émotions, c’est devenir responsable de ma vie dans la recherche de mon mieux-être.

Je vais apprendre à bien jauger mes réactions  consécutives à ce que je ressens. Quand celles-ci sont méconnues et refoulées, elles donnent souvent trop de place à la frustration accumulée et à l’agressivité dans ma réaction à l’émotion ressentie;  ce qui laisse très souvent place à la culpabilité, l’amertume et les regrets.

Au moment où je maitrise bien cette partie importante de moi-même, il me deviendra plus facile d’extérioriser ce que je ressens en en faisant part à l’autre. C’est là une étape cruciale de mon devenir meilleur. Elle demande courage et respect de soi. Je cours ici le risque de me montrer vulnérable à l’autre mais du même élan, je me donne la possibilité de modifier le cours de certaines  situations  qui m’attristent ou me déçoivent.

Cette semaine,

·        Je vais dresser une liste des émotions. En voici dix exemples positifs et dix exemples négatifs pour vous aider :

o   «Je me sens … attendri, calme, chéri, compétent, gentil, empli d’espoir, joyeux, satisfait, estimé, émerveillé.»

o   «Je me sens… amer, en colère, dégoûté, honteux, hostile, humilié, jaloux, découragé, désespéré, mélancolique.»

·        J’essaie d’imaginer ce que je ressens à l’apparition de chacune dans mon quotidien.

·        Au moment où je ressens colère, tristesse ou autre, je m’en imprègne  pendant deux minutes, sans chercher à la nier ou la freiner.

·        Je  réfère à la liste que je connais maintenant  et je nomme cette émotion que je ressens  de la façon la plus claire et exact possible.

·        Quel est mon besoin dans ce que je ressens?

·        Quelle action dois-je entreprendre pour le combler?

·        Suis-je capable de le dire sans attendre que l’autre change et règle mon propre problème?

·        Lorsque j’exprime à l’autre, je ne parle que de moi , donc mes phrases commencent toujours  par «JE» et jamais par «TU».

Cette maitrise de ma vie apporte à moyen ou à long terme un réel  lâcher prise, une clarté dans ma vie vers une libération.

 

Bon travail

Jocelyn Boudreau