Mon cinéma intérieur

 

Je peux puiser beaucoup de stress dans ce que j'appellerai mon « cinéma intérieur». Celui-ci est caractérisé par la fuite de ma pensée hors du moment présent et me conduira vers mon futur ou mon passé.
Je peux facilement imager ce phénomène en me rappelant ce moment où j'étais en voiture; j'avais franchi plusieurs kilomètres et en arrivant à destination, je me rendis compte que je ne me souvenais pas du chemin que je venais de parcourir. OU bien, j'essaie de lire mon livre et je me rends compte que la dernière page que je viens de lire ne me dit rien ( je n'ai rien compris ni mémorisé du texte). Ou bien encore, je parle avec ma conjointe qui me narre les évènements de sa journée quand tout-à-coup elle me demande de lui répéter ce qu'elle vient de dire et que j'en suis incapable car bien que je l'entendais, je ne l'écoutais pas.

Mon corps est toujours au présent mais ma pensée peut très bien s'évader sans que je m'en rende vraiment compte, pendant un certain moment. Je suis ici mais je n'y suis pas réellement, pendant que ma pensée vagabonde. Ce phénomène n'a rien en soi de répréhensible quand je me laisse vagabonder VOLONTAIREMENT en visualisation dans un paysage qui me plait et dont j'ai besoin pendant quelques minutes pour me détendre. De même, quand je me permets quelques instants d'errance dans un objectif futur qui me tient à cœur ou un souvenir du passé qui m'est agréable.
Toutefois quand ma pensée se retrouve hors de mon contrôle et m'échappe, elle se retrouve la plupart du temps dans mes appréhensions et mes peurs du futur ou dans les insatisfactions et les tristesses de mon passé. Par exemple, je me souviens du moment où j'étais en bicyclette : il fait beau dans cette forêt et je suis content d'y être, mais tout-à-coup, je me rends compte qu'il monte en moi un sentiment de colère. Je prends alors conscience que ma pensée est rendue dans cet évènement qui s'est produit hier avec mon patron et au travers lequel je n'ai pas voulu laisser aller toute mon insatisfaction. Je regrette aujourd'hui de ne pas avoir eu le courage de m'exprimer mais il est trop tard pour régler le différent. Pourquoi gâcher ce moment privilégié que je vis sur ma bicyclette dans le moment présent?

Ou bien, je me réveille au milieu de la nuit et je me sens tout inquiet, énervé et je me laisse envahir par le tourbillon de ma pensée qui m'amène malgré moi vers demain au moment où j'aurai à faire face à un examen. Je suis déjà demain et j'appréhende les questions. Je sais que je dois dormir pour être reposé mais je ne peux ramener ma pensée de ce futur alors que je sais très bien que je ne peux rien régler actuellement puisqu'il est deux heures du matin. Ce moment se change rapidement en stress envahissant.

SOLUTION :

Dans ces cas-là, qu'est-ce que je peux faire pour me ramener au temps présent et à l'activité actuelle. Je peux résumer en trois mots : Vigilance, coupure et concentration.
La vigilance, c'est prendre conscience rapidement que ma pensée est ailleurs et s'est dirigée malgré moi hors de l'instant présent.
Cette pensée qui me sort de l'ici et maintenant et est probablement comme trop souvent négative je dois la couper, c'est-à-dire y mettre fin. Pour ce faire, je visualise cette coupe en me disant «elle n'est pas en phase avec le moment présent, elle me fait souffrir, je la coupe et je la mets en boite. Je prends cette boite et je l'envoie au cosmos ou bien je l'enterre. Je peux me donner n'importe quel image à laquelle je suis le plus sensible en terme de coupure. Cette visualisation me permet de voir la maitrise que je peux me donner sur la pensée vagabonde qui me fait mal.
Tant qu'à la concentration, je vais l'obtenir en me centrant pendant quelques secondes sur un objet de mon environnement ou idéalement sur ma respiration. Ce petit moment me permettra de me calmer et d'extirper de moi le sentiment négatif qui comme trop souvent commençait à s'installer. Cette concentration me ramène au moment présent et me permet de me recentrer sur l'activité que j'ai en cours.

Je suis conscient que ce processus que je dois intégrer dans ma vie n'est pas facile puisque ma pensée est naturellement portée à se promener hors du moment présent. Toutefois, je peux affirmer que c'est un idéal de maitrise dans ma vie qui est atteignable puisque plus je répéterai cet exercice de contrôle de ma pensée, plus le processus sera rapide et me permettra d'agir rapidement. Je dois savoir que je devrai toujours être vigilant puisque mon cerveau est constamment en action et continuera à vouloir vagabonder tout au long de ma vie.
Mais quel délice de pouvoir couper chez-moi ces stress inutiles qui me font trop souvent souffrir en me sortant du moment présent et en ne réglant rien du passé ni du futur.


Bon travail, bonne centration sur soi Jocelyn Boudreau